01 34 07 82 85 magasin@premium-computer.fr

Faire imprimer ou avoir sa propre imprimante 3D ?

De nombreux sujets existent et divisent sur cette question, pourtant, elle mériterait une petite réflexion que je vais tenter d’aborder ici.hephestos-2017

Pragmatiquement, acheter une imprimante pour réaliser quelques impressions dans l’année n’est pas une solution économique. Sur le 3D Hubs les prestations d’impression 3D se font à partir de 5€, à ce prix il est difficile de rentabiliser sa propre imprimante.
Si l’on écoute les acteurs spécialisés il est donc bien plus rentable d’utiliser ces services que de le faire soi-même.

Pourtant, entre la théorie et la pratique il y a une différence notable entre les deux modèles.
Premium inscrit sur le 3D Hubs imprime de nombreux objets pour ses clients, nous avons donc une expérience pratique du sujet.

Le service d’impression
Un dessin sur trois qui nous est soumis n’est pas imprimable de par sa propre conception.
Deux dessins sur trois ne sont pas optimisés pour un rendu parfait.
Un dessin sur deux est simpliste et n’utilise pas les atouts qu’offre l’impression 3D
Un objet sur deux mériterait une seconde impression pour parfaire le projet.
De nombreux objets ont un coût d’impression représentant 1/4 du prix d’une imprimante neuve!
Ce service n’offre pas un résultat immédiat, comptez au minimum 3 jours entre la commande et la disponibilité de l’objet.

L’imprimante personnelle
Son coût est variable de 400 à 2000€, il représente un investissement conséquent.
Son utilisation demande un peu d’expérience pour les pièces complexes.
Si l’imprimante personnelle est identique à celles utilisées sur le 3D Hubs, le rendu final des premiers projets risque d’être plus hasardeux.
Le résultat est immédiat (au temps d’impression près)

Ca c’est le constat du terrain, pas celui d’un journaliste venant faire un papier sur le service d’impression 3D.
C’est aussi une vision étroite sur un projet spécifique.

Dans la réalité, l’impression 3D devrait représenter bien plus que le premier projet qui vous animera.
Pour l’expliquer il faut commencer par notre culture. En effet, notre première motivation est souvent liée au maquettage d’un projet scolaire ou d’une pièce spécifique dont l’idée de réalisation serait difficilement possible de manière conventionnelle.
L’impression 3D offre alors la solution pour un coût relativement modeste.
Le problème culturel reste alors bien présent, vous passez par un prestataire qui réalisera votre pièce qui coutera bien plus cher qu’une même pièce manufacturée.
Ce schéma traditionnel, c’est celui que l’on connaît bien, je ne peux pas le faire, je n’ai pas les compétences, je passe par un pro.
Notre projet réalisé avec plus ou moins de déboires, la vie reprend son cours normal avec simplement une nouvelle expérience. Il n’en reste pas moins qu’intellectuellement cette expérience risque de conforter notre conscience collective, ce qui n’est pas manufacturé n’existe pour ainsi dire pas.

Posséder sa propre imprimante 3D offre une version radicalement différente de notre rapport à l’objet pour des raisons simples.
Mis à part son coût d’acquisition initial, le prix de la matière première étant très faible, son usage devient alternativement, une machine de prototypage, une fabrique de décorations, un outil de bricolage, un jeu pour fabriquer se propres jouets, la machine qui remplace le magasin de bricolage, un métier de concepteur…

En effet, notre culture est tenace et la différence entre une expérience et un nouveau rapport à l’objet passe pas la possibilité d’imprimer à volonté, de modifier, d’optimiser, de customiser, et même de produire en quantité…

Un enjeu bien plus important qu’il n’y parait
Au delà des perspectives immédiates qu’offre l’impression 3D, posséder une imprimante c’est changer son rapport à l’objet. On développe sa créativité et son imagination, tout devient enfin possible.
Ce changement de notre rapport à l’objet n’est pas si évident qu’on pourrait le croire, il faut du temps pour changer nos habitudes. L’expérience du dessin 3D, l’optimisation, la customisation n’est pas dans notre culture, pourtant il faudra bien faire avec car c’est notre futur.
Si l’imprimante 3D en elle-même n’est qu’un outil qui va évoluer et se banalisera rapidement, c’est notre avenir et celui de nos enfants qui est entre nos mains.
Si l’on regarde un peu plus loin, il est évident que cette technologie qui va de la micro-conception à la fabrication de maisons entières offrira des emplois en masse pour ceux qui auront cette culture.
Bien plus que ces nouveaux métiers, c’est notre industrie qui va se relocaliser afin de limiter les coûts de transport, la rapidité de production, la limitation des stocks, la standardisation de l’outil de production.

Alors si dans dix ou quinze ans nous donnerons spontanément à des professionnels la fabrication de nos objets, aujourd’hui l’enjeu est bien plus que le résultat concret, c’est notre façon de penser qui doit changer. Cette évolution qui sera demain « génétique », passe par un apprentissage culturel et visionnaire de notre futur.

Prendre cette avance, c’est s’assurer d’une certaine manière un avenir ou la conception prend un nouveau sens. A tous niveaux, pratique ou théorique, cette formation longue est à considérer comme fondamentale dans notre développement, bien plus que par ce que ca représente concrètement aujourd’hui.

Alors, rentable ou pas, cette question perd son sens pour devenir… celle du bon sens.

Avatar de l’utilisateur
Jacques

Site Admin 
Message(s) : 2590
Inscrit le : 23 Oct 2014, 15:02
Localisation : Gonesse (95)
Imprimante 3D: Witbox et Hephestos

Cet article comporte 2 commentaires

  1. skin counter strike

    Merci beaucoup pour tous tes conseils !

  2. Groupe Vaillance Conseil

    Un grand merci pour cet article très clair !! Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *